19 août 2009

Rando "Haut-Bugey/Haut-Jura" - août 2009

Les voilà enfin les photos. Cliquez sur l'image pour voir le diaporama complet

IMG_9910

Déjà un aperçu du parcours sur Google Maps. Des petites étapes, mais pas mal de dénivelé: en tout 152 km et environ 4.5 km de dénivelé positif (et donc autant en dénivelé négatif, normal c'est une boucle!)

Afficher Rando "Haut Bugey et Haut Jura" sur une carte plus grande

Les étapes:
Vieillard (jujurieux) - Etables (marais des lèches) - 20.3 km -  683m - -469m
Etables (marais des lèches) - Crépiat - 10.7 km -  200m - -253m
Crépiat - Ablatrix (sous la pluie) - 17.7 km -  764m - -556m
Ablatrix - Belleydoux (Gobet) - 21.2 km -  543m - -501m
Belleydoux (Gobet) - Refuge du Tamiset - 16.3 km -  722m - -323m
Refuge du Tamiset - Lac de Lalleyriat - 24.2 km -  644m - -1114m
Lac de Lalleyriat - Les Eculaz (Lantenay) - 22.2 km -  530m - -544m
Les Eculaz (Lantenay) - Vieillard (Jujurieux) - 19.3 km -  407m - -728m

(toutes les photos sont sur le diaporama, je ne rajouterai ici que les panoramas pour que vous puissiez les voir en bonne résolution.)

Départ de Vieillard samedi 8 août à 16h,

Nous nous dirigeons vers le Marais des Lèches à Etables, c'est un bivouac connu et nous arrivons sur les coups de 21h où nous montons le bivouac et la tente de nuit à la frontale.
Il y a beaucoup d'herbe au bivouac et l'eau est facile, par contre les chemins sont assèchés et très caillouteux.
Demain nous échangerons les sangles d'Image et Lascaux, celle de Lascaux est trop grande, il faudra en racheter une plus courte au retour. Lascaux est chargé à 56 kg.

Une belle vue au réveil que le Marais des Lèches

panorama_leches

Dimanche 9 août, nous parcourons 11 petits kilomètres jusqu'à Crépiat.

Les chiens sont excités et pénibles. Nous nous arrêtons faire une pause pique nique au Goulet des Bois où nous débâtons Lascaux. Reinette a peur des clarines, c'est con mais dans ce coin toutes les vaches ont des clarines ! Elle stresse un moment, mais finira par s'y habituer. Je trouve un bivouac facilement à Crépiat avec beaucoup d'herbe grâce à une famille très sympathique. Nous avons perdu une gourde entre le pique nique et le bivouac, je referai le parcours à pied dimanche 16 sans la trouver. Nous oublions aussi une partie d'un piquet pliable au bivouac (que je retrouverai celui là!)

Lundi 10 août

Journée de merde, nous nous sommes pris une grosse pluie froide toute la journée, de plus l'itinéraire est éprouvant (mauvais chemins, beaucoup de dénivelé, passage de "civilisation". Les chiens sont chiants et surexcités, sentent-ils l'orage ?
Dako se met à boiter de l'antérieur gauche après s'être blessé au coussinet, je lui donne des gélules d'arnica et lui met des chaussons (très bonne tenue même dans les ornières).
L'itinéraire est difficile, technique et les chemins sont durs à trouver, mon PC de l'armée prend l'eau.
Nous nous habillons du mieux que nous pouvons mais l'eau arrive à transpercer plusieurs épaisseurs de vetements (kway/poncho/ chaussures), habillement de pluie à revoir. Par contre le harnachement reste imperméable.
Nous trouvons une belle clairière peu avant Ablatrix où nous montons le campement pendant une timide éclaircie, nous montons et tendons bien le tarp qui nous protège bien le matériel malgré la forte pluie de la nuit.
Portion de chemin entre la côte 827 et 870 très difficile, obligation d'enlever les hipposandales tellement ça glisse. Le chemin balisé PDIPR qui descend du pylône vers Martignat est aussi très glissant. Celui balisé qui remonte de Martignat vers la route forestière est aussi TRES technique.

Le bivouac à Ablatrix
bivouac_ablatrix

Mardi 11 août

Nous rejoignons Belleydoux par le Lac Genin et la Prairie d'Echallon. Nous nous apercevons (et commençons à subir) les dégâts provoqués par les tracteurs forestiers et le débardage mécanique !
Beau chemin après le Grand Vallon.
Au Lac Genin, le sentier en terre est défoncé, nous aurions dû continuer la route. Une folle du volant nous "bourre le cul" et manque d'écraser Cueca juste avant le camping.
Nous arrivons à la (belle) prairie d'Echallon où se trouve une stèle commémorative pour les hauts faits des Maquis de l'Ain et du Haut Jura pendant la 2° guerre mondiale (parachutages).
A la sortie de la prairie, nous cherchons vainement le balisage équestre et pédestre qui mène à Belleydoux. Tout est défoncé par le débardage et les travaux forestiers, nous tournons en rond 1h pour finir par nous retrouver vers la stèle. Finalement, nous trouvons une "sortie" et arrivons sur les Hauts de Belleydoux à la limite Ain-Jura. Vue sur la Roche Fauconnière (deux jours après nous serons de l'autre côté).
Nous trouvons un bivouac facilement à Gobet devant l'ancien gîte équestre. Les nouveaux propriétaires de la ferme nous mettent un pré à dispo, ils font de délicieux fromages et yaourts et sont très accueillants. Pour la première fois, les chevaux ont l'eau à dispo dans le pré et nous avons des toilettes et un lavabo dans un bungalow qui nous permet de faire une "petite" lessive.
Kiki, la mère de Ben et son ami nous ont rejoint en "camion aménagé" (sont allés voir le Tour de l'Ain à vélo dans la Vallée de la Valserine) et nous offrent le repas du soir.

Mercredi 12 Août

Petit itinéraire mais nous devons attendre l'ouverture du Vival à la Pesse pour nous ravitailler.
Nous partons par le GR qui passe au dessus de Gobet.
Nous devons ouvrir une clotûre puis la refermer car le chemin passe à travers (heureusement, j'ai ma pince avec moi car il n'y a pas de porte). Les piétons sont sensés passer en dessous du fil en rampant!
Grosse montée, nous passons à côté de l'habitation d'un débardeur à cheval (celui est venu faire les démos à Bourg pour Equid'Ain et aux Plans d'Hotonnes pour la fête du cheval). Depuis les Rochers d'Orvaz, nous apercevons toujours la Roche Fauconnière.
A la sortie de ce chemin, nous récupérons le balisage équestre du Grand Huit et un chemin pédestre. Nous sommes très déçus, le chemin s'avère très mauvais, très boueux, de grosses ornières, mal balisé, d'énormes gouilles devenant à certains endroits pratiquement des tourbières. Heureusement nos chevaux passent partout, mais ils s'enfoncent dans la boue parfois jusqu'aux genoux..... Peu avant la Pesse, nous perdons le sentier balisé et décidons de couper à travers un "jardin" pour emprunter la desserte stabilisée d'une ferme et finir par la route !
Nous arrivons vers 12h30 et pique niquons devant le Vival en attendant son ouverture (à 15h30!). petit aparté: niveau tarif, le Vival de la Pesse est bien plus cher que celui de Jujurieux !!!
Nous croisons des ânes bâtés qui viennent du Berbois.
La fille du Syndicat d'Initiative m'apprend que tous les chemins pédestres qui mènent à la Borne au Lion sont impraticables à cause des intempéries, nous prenons donc la route en cul-de-sac qui mène là-bas, mais c'est une vraie autoroute ce truc là et arrivé au Berbois, je m'attendais pas à ça: je croyais que c'était un truc perdu comme la stèle à Echallon, mais en fait, c'est le rendez vous des beauf' là bas ! C'est blindé de monde.
Au Berbois, ils sont pas très sympas, on s'est presque fait envoyer chier en demandant de l'eau pour les chevaux (car on en avait plus jusqu'au lendemain midi), normal on leur rapporte aucun fric.
Nous arrivons à la Borne au Lion où nous avons un beau panorama sur les Monts-Jura
panorama_montsjura

Nous redescendons sur le refuge du Tamiset par la route forestière à 4 km au Sud. Le Tamiset est facile d'accès, mais il fait très humide, les chevaux n'auront pas très soif!
Nous installons notre tente et mangeons sur une table et des chaises que nous trouvons à l'intérieur du Refuge.

Jeudi 13 Août

Le refuge du Tamiset est un refuge sommaire dans lequel nous entreposons le harnachement. L'intérieur est un peu lugubre mais en cas de mauvais temps, on aurait pu sans problème monter la tente à l'intérieur et même y rentrer 4 ou 5 chevaux dans l'ancienne étable (il y a encore l'auge avec les trous pour attacher les bêtes).
par contre pour info, il y a un nid de guêpes sous le toit près de la porte d'entrée, il faut faire attention.
Nous repartons par la voie forestière, encore une fois, les chemins sont défoncés par les débardeurs, mais c'est moins pire. Nous empruntons la petite route qui vient de la Combe d'Evuaz, elle n'est pas passagère et très jolie. La forêt de Champfromier est elle gérée de façon durable, donc pas de chemins qui éventrent la forêt !!!
Nous arrivons sur Giron où nous trouvons une belle fontaine pour abreuver les chevaux et baigner les chiens.
A Giron nous quittons le PNR du Haut Jura à cheval sur les deux départements de l'Ain et du Jura.
Nous descendons par le GR (très praticable à cheval) jusqu'à Saint Germain de Joux, nous pique niquons à Praz Praly puis entamons la descente, joli panorama sur la vallée de la Semine
panorama_stgermaindejoux
Traversée de Saint Germain de Joux pas trop dure au niveau circulation, par contre le goudron est brulant, c'est dur pour nous et pour les coussinets des chiens.
Nous remontons sur Lalleyriat, nous trouvons le raccourci entre le premier virage et la côte 962. nous ne prenons pas le chemin sur la Roche déconseillé par Bernard. La montée est dure. Nous trouvons de quoi abreuver les chevaux (et les humains) sans problème à Lalleyriat. Une habitante nous indique qu'il est autorisé de camper au Lac (a appelé un cousin conseiller municipal pour être sûre). Beau Bivouac au Lac mais les fourmis rouges y sont abondantes et finissent de transformer mon corps en plaie vivante (merci les taons et les moustiques !)
Merci le lac, pour nos pieds !
Je m'aperçois que Cueca a commencé ses chaleurs ! Elle a plus d'1 mois et demi d'avance sur la date prévue !!! Heureusement Dako est castré et elle ne considère pas Djumbé comme un partenaire potentiel.

Vendredi 14 Août

Nous prenons la route jusqu'au Poizat pour faire quelques courses. Lascaux se déchire une guêtre (et accessoirement manque de péter la cheville de Ben) en sautant un petit fossé. Il restera pieds nus aux postérieurs jusqu'à la pose de midi à Pré Guy pendant laquelle je sortirai mon matos de couture!
Nous empruntons un chemin qui part derrière le local technique jusqu'au Replat. Pas mal de crottins, des chevaux sont passés par là !
Nous empruntons ensuite un sympathique chemin balisé pédestre qui nous fait atterrir au dessus des Granges. Nous passons par le golet de la Frasse (la Frasse est d'ailleurs en rénovation et vus les travaux, ses nouveaux propriétaires ne doivent pas être trop pauvres!), pas mal de gouilles mais qui se passent facilement. Tout ça pour éviter la côte Colliard qui est parait-il impressionnante pour ceux qui ont le vertige!
Nous récupérons le sympathique tour du Bugey-Valromey et pique niquons dans un pré en face du lieu dit Pré Guy (un chalet d'alpage en fait).
Nous arrivons au dessus des étangs des Etangs Marron dans lesquels les chiens font trempette puis empruntons un beau chemin jusqu'à la Gouille.
Puis une portion de chemin très difficile à passer avec un cheval de bât entre Champ de Joux et les Granges Ballet. Avec des chevaux seuls, ça passe bien mais avec le bât moins évident. Lascaux déchire les deux guetres des postérieurs d'Image en lui marchant dessus, heureusement j'en ai des neuves dans les sacoches de bât et les remplace sur place. Puis, Lascaux me fait une peur, à pied, il saute un ruisseau et atterrit en plein dans un arbre ! Vous savez quoi, les sacoches de bât de TrailMax sont TRES résistantes !!!
Beau chemin forestier et très giboyeux (chevreuil, renard...) jusqu'aux Eculaz, la zone de forage où on va bivouaquer à Lantenay. Bon bivouac, source non tarie qui permet d'abreuver les chevaux, les chiens et les hommes et de se laver entièrement pour la 1ère fois de la rando !!! Belle petite herbe.
Ce soir là nous mettons les choses à plat avec Ben et décidons de ne pas faire de voyage à cheval ensemble.

Samedi 15 août

Mon pépé Dako fête ses 11 ans en pleine forme après 150 km de rando. C'est une force de la nature mon pépé !
Nous rejoignons Lantenay puis Izenave par la route (pas de sentiers, nous gagnons plus d'1h en n'empruntant pas les sentiers que nous avions pris la dernière fois). Certains prés sont fauchés nous permettant d'éviter sur quelques centaines de mètres la route.
A Izenave, nous montons vers Corlier par notre petit sentier habituel, puis bifurquons dasn les hauts du village pour emprunter le sentier qui longe le Bief.
Il est très à l'ombre et agréable ! Belle vue sur mon "coin".
Nous descendons par le chemin pédestre, nous croisons mon banquier et sa femme en randonnée à pied !!!
et surtout un paquet de junkies/punk qui a décidé de camper avec bagnoles, tentes, bâches et chiens dans la forêt en attendant, nous supposons la Tahoua de Douvres ! Ca sent la beuh à plein nez! pet' être que j'aurais dû leur en demander un peu pour me détendre !
Il commence à faire très chaud, nous grillons sur ce chemin exposé au soleil, sans vent entre Chatillon de Cornelle et le Col de Montratier, heureusement, nous n'avons que du chemin ombragé pour la suite !

BILAN GLOBAL:

Bilan plutôt mitigé de cette rando de 8 jours. Si nous sommes vraiment au point sur le plan technique, il en est autrement sur le point humain.
D'un point de vue technique, la randonnée s'est bien passée même s'il y a encore quelques améliorations à apporter au matériel (mais en réalité, a-t-on vraiment fini un jour d'apporter des améliorations au matériel ?!). Dans l'ensemble, les chevaux se sont bien comportés mis à part Lascaux qui reste encore très irrespectueux, et du matériel, et des juments et des humains (heureusement avec les chiens, ça va !). Les chiens ont bien suivi et même si Djumbé a fait son anorexique pendant 4 jours, ils n'ont pas souffert. Dako a fêté ses 11 ans le jour de notre retour au bercail, en pleine forme. La préparation des coussinets a été efficace.
D'un point de vue humain, ça a été vraiment difficile. Cette rando de 8 jours a permis de définir définitivement (ça se dit ça ?) ce que je pressentais: Benjamin et moi n'avons pas du tout la même vision du voyage à cheval. J'attends d'un voyage qu'il soit contemplatif: un voyage où on a le temps de prendre le temps, de parler au quidam qui vous interpelle, de lire la carte tranquillement et de prendre des photos. Je ne veux pas passer mon voyage à courir pour gagner quoi ? 2 secondes au bivouac du soir ou 5 mn de plus sur le réseau du GSM ??? Dans un couple (d'amour et/ou d'amitié), il faut un équilibre et pour gagner cet équilibre, chacun doit faire des concessions. Si l'un des deux a l'impression de faire plus de concessions que l'autre et de s'impliquer davantage dans un projet, l'équilibre est rompu.
Comme vous l'avez donc deviné, le projet de voyage Poudre d'Escampette sera revu et corrigé. Il est probable que je parte seule avec mes juments. Quand ? Je ne sais pas. Où? Je ne sais pas. Pour combien de temps? Je ne sais pas non plus. Le projet est donc reporté mais n'est pas oublié.
Le site web http://poudre.d.escampette.free.fr va donc prendre une nouvelle forme et j'espère bien un jour prendre la Poudre d'Escampette, même si ce n'est que pour quelques mois... En attendant, je vais me roder et roder le nouvel équipage avec quelques randos en solo en 2010. Randos dont les carnets de voyage que je mettrais en ligne ici sauront vous faire patienter!!! (du moins je l'espère !)

Bilan + :

  • matériel efficace
  • rapidité de "mise en route" de l'équipe et idem pour le bivouac du soir
  • grande facilité pour trouver des bivouacs (avec beaucoup d'herbe et de l'eau)
  • assez facile de se ravitailler en cours de route (supérette, fermes avec vente directe)
  • les chevaux passent partout
  • vet bed +++
  • équilibrage des sacoches de bât ok
  • semelles des hipposandales EZ BARE +++
  • itinéraires +++
  • clotûre portative +++
  • préparation des coussinets des chiens +++

Bilan - :

  • Cueca a encore du mal à intégrer l'ordre "côté"
  • Fatigue morale (due à une dissension de points de vue)
  • attaches pas pratiques sur le bât
  • le porte carte acheté au surplus de l'armée n'est pas étanche !
  • Kway et poncho peu étanche > revoir les habits de pluie
  • matelas gonflable trop grand pour 1 personne, trop petit pour 2 personnes. Quelle alternative ?
  • les gaiters des EZ sont peu solides et se déchirent (très) facilement.
  • Image reste sensible aux antérieurs même avec les EZ
  • hygiène difficile (peu de points pour se laver même sources)
  • Problèmes d'allergies (surtout aux piqûres d'insectes)
  • Lascaux n'est pas assez respectueux.

Modifications à apporter et idées à appliquer pour une rando ultérieure:

  • ll faut trouver un moyen de faire une attache plus rapide et plus pratique du bât
  • prévoir un double sanglage pour image (la selle tourne) et une avaloire
  • fabriquer (ou acheter) des semelles pour mettre dans les EZ (antérieurs) d'Image
  • revoir les habits de pluie
  • fabriquer une pochette pour ranger les piquets de clotûre.

Posté par faustineB à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

Commentaires sur Rando "Haut-Bugey/Haut-Jura" - août 2009

Poster un commentaire